Loading Events

« Back

lionel estève

perlas tiradas

mars 18 - juin 6, Montevideo

La galerie Xippas est heureuse de présenter Perlas Tiradas, une exposition personnelle de l’artiste français Lionel Estéve, qui montre son travail à Montevideo pour la première fois.

L’oeuvre de Lionel Estève se situe à la croisée du dessin, de la sculpture et de l’installation. L’informel et la fragilité, qui caractérisent ses œuvres, éveillent notre perception d’une réalité infinie en dévoilant un espace palpable, presque tactile. Son travail joue sur l’espace, les couleurs et la perception sensorielle. Ces œuvres rappellent l’intérêt de l’artiste pour les énergies créatrices et leurs captations. Artisan, chercheur, Lionel Estève déploie matières, lignes, couleurs dans l’intervalle du perceptible et de l’imperceptible.

Pour décrire cette exposition, l’artiste met l’accent sur le mouvement fondamental dans son processus de création et la magie qui s’en dégage. Dans son texte, Lionel Estève nous invite de façon intime à entrer dans les coulisses de son univers.

“Je travaille généralement par projet , et je ne me soucis pas de la cohérence d’un projet à l’autre. Je les considère chacun comme une totalité détachée de tout le reste, c’est pour ça que je ne vais pas parler ici de mon travail en général mais seulement de l’exposition.

Dans cette exposition toutes les œuvres se répondent.  Il sera présenté plusieurs dessins faits avec de l’encre déposée avec une seringue sur une feuille. Ces petites tâches circulaires et multicolores comme des perles tracent un petit chemin que le regard peut suivre. Ceci qui semblerait être labyrinthique, est au contraire comme un petit circuit vertigineux que l’œil peut parcourir sans fin.
Ces dessins font échos à deux sculptures qui elles aussi proposent des dessins infinis. De moteurs au plafond pendent des colliers qui coulent jusqu’au sol, où ils forment de petits dessins aléatoires. Puis ils s’effacent pour retourner au moteur au plafond et de nouveau coulent jusqu’au sol, et ainsi de suite. Les dessins que font ces colliers ne cessent de se modifier, ils s’effacent à la même vitesse qu’ils se créent, et l’on peut voir au sol une infinité de forme. Les dessins à l’encre pourraient être comme des arrêts sur images de ces sculptures.

Une autre sculpture sera suspendue du plafond, elle aussi est en mouvement. C’est comme un ressort chromé et circulaire qui vibre dans l’espace. Il fait un joli bruit qui ressemble à un chant. On dirait aussi une grosse goutte prête à éclater comme les gouttes d’encres qui tombaient pour les dessins.

Une dernière sculpture toute monumentale sera présentée. A l’arrêt, cette sculpture a la structure de lustre vénitien et aspire à la complexité d’un arbre en fleur. Crescendo elle se met à tourner sur elle-même. Les mouvements dans l’art cinétique sont souvent lents, petits. Là, il s’agit de vitesse et de violence puisque la force centrifuge fait se déployer ce lustre jusqu’à prendre tout l’espace pour n’être plus qu’une grande constellation de perles et de petits éléments qui flottent. Au centre de cette sculpture, le mouvement paraît calme alors qu’à sa périphérie des tâches de
couleurs défilent devant le spectateur à toute vitesse. La fascination qu’exerce cette œuvre n’est pas seulement visuelle, elle engage aussi un rapport physique voire hypnotique à la fois attirant et repoussant, une expérience physiquement vertigineuse. On pourrait la décrire comme une constellation.

Cela me conviendrai si on pouvait résumer ces quelques propositions à quelques danses, je trouve cette idée suffisante. Dans cette exposition, j’ai aussi tenté d’associer ce qui est de l‘ordre de l’expérience comme on pourrait le faire dans un laboratoire avec quelque chose d‘extrêmement ludique, de futile.C’est le hasard et le chaos qui font se rejoindre ces deux univers.”

mercredi 18/03 - samedi 6/06, 2020

Bartolomé Mitre 1395, 11000 Montevideo, Uruguay
tel. +598 2915 5013 fax +598 2915 0277