Chargement Évènements

« Back

stephan goldrajch

BAYEUX

janvier 22 - mars 12, Paris

Pour commencer la nouvelle année en couleur (et en douceur !), nous sommes heureux d’annoncer Bayeux, la première exposition personnelle de Stephan Goldrajch dans notre espace parisien. Cette exposition ouvrira une porte vers un univers carnavalesque habité par des personnages mythiques, comme surpris au détour d’une page de livre ou d’une bande dessinée, et des références historiques pointues. Répartie sur les deux étages de la galerie, elle présentera une broderie monumentale, des aquarelles et une série d’œuvres récentes réalisées au crochet. 

A l’allure naïve et enfantine pour ne pas dire brute, les œuvres crochetées de Stephan Goldrajch créent une masse de formes colorées qui se mêlent et s’entremêlent, comme des corps dans une fête ou une parade festive. Tout paraît animé : le soleil, des étoiles, une centauresse, et même une cruche. Tout a un visage : les grimaces s’éclairent par des sourires larges et rouges. Inspirées par la tapisserie de Bayeux qui raconte la conquête de l’Angleterre par Guillaume le Conquérant à la sauce médiévale, mélange de réel et de fantastique, les toiles de Stephan Goldrajch réécrivent l’histoire pour déplacer les accents. Elles mettent notamment en avant ce qui était en marge et accordent aux petits détails situés sur les bords de la tapisserie (des animaux, parfois des êtres humains) une place centrale. En les réincarnant dans des silhouettes crochetées, les toiles interprètent le récit du passé et lui donnent un tournant inclusif.

La grande broderie présentée à l’étage s’inscrit dans le même désir d’inclusion. Il s’agit d’une œuvre participative créée à plusieurs mains. Elle témoigne du caractère social du travail de Stephan Goldrajch à qui il arrive souvent de commencer une œuvre dans un lieu public, pour être progressivement rejoint par des passants, curieux de son activité. Ici, l’œuvre représente les brodeurs. Ainsi, elle fait entrer dans la représentation ce qui se trouve d’habitude hors cadre et crée « une mise en abîme de la simplicité de la vie », pour reprendre la formule de l’artiste.

 

Stephan Goldrajch est né en 1985 à Ramat Gan, Israël ; il vit et travaille en Belgique. Dans sa pratique, il croise diverses techniques : textiles, textes, dessins, installations, matériaux de récupération. Il multiplie les couleurs et les formes et s’inspire des récits folkloriques, des mythes ou encore de l’imaginaire magique ancestral, du Vaudou à la Kabale. Pour lui, l’art se rapproche d’un rite qui déferle sur tous les aspects de l’existence et s’entrelace à la vie de chacun.

Dans son travail, Stephan Goldrajch cherche à trouver la meilleure façon de « mêler art et lien social » : la rencontre et l’interaction sont au cœur de sa pratique. Souvent, il part de « carences et de manques, pour réécrire une histoire, la refondre et créer un ailleurs ». Sa manière de procéder est nomade et il n’est pas attaché à un atelier fixe. Cela lui permet de renforcer l’aspect participatif de sa pratique : il n’est pas rare qu’il côtoie des non-initiés à l’art qu’il rencontre pendant qu’il travaille. Il cherche à confronter leur existence et leurs pratiques aux siennes pour générer une nouvelle dimension dans ses œuvres et enrichir ses propres techniques, en les nourrissant autant des traditions ancestrales que de ses rencontres.

L’œuvre de Stephan Goldrajch a été présentée dans de nombreuses expositions institutionnelles (sélection) : Musée d’art contemporain (Athènes), Musée international du Carnaval et du Masque (Binche), Maison de la Cohésion sociale (Bruxelles), CENTRALE for contemporary art (Bruxelles), Centre Wallonie-Bruxelles (Paris), Centre culturel Forest (Bruxelles), Centre international de Formation en Arts du Spectacle CIFAS (Bruxelles), Musée Juif de Belgique (Bruxelles), Centre d’art contemporain l’Iselp (Bruxelles), Musée d’Ixelles (Bruxelles), Musée Africain de Namur (Namur), Maison des Arts (Saint-Herblain), musée de Haïfa (Haïfa).

Il était en résidence à Sanxingdui (Chine), en Arménie et en Bulgarie en 2019 et à l’Ecole du Patrimoine Africain à Porto-Novo (Bénin) en 2018.

En 2019 il a réalisé une série de performances (Les Juges) au centre Wallonie-Bruxelles à Paris. 

En 2020 est paru son livre Poème d’Arménie (en collaboration avec Myriam Rispens). 

Il est également l’auteur de « Masques », « 8 récits fondateurs » et de « Le Bouc Emissaire » (édition CFC). 

Stephan Goldrajch prépare une performance qui aura lieu au centre Wallonie-Bruxelles à Paris, le 12 février prochain.

samedi 22/01 - samedi 12/03, 2022

108, rue Vieille du Temple, 75003, Paris, France
tel. +33 (0) 1 40 27 05 55