marina faust

En 1995, Marina Faust a étendu sa pratique artistique de la photographie vers d’autres disciplines telles que la vidéo, les objets et les collages. Dans sa série « Faces », une aliénation de la fonction originale d’un jouet d’enfant, Faust ne recrée pas les types de beautés stéréotypés prévus, mais développe plutôt une série de têtes, qui respirent les portraits cubistes de peintres modernistes. Sa technique d’impression pigmentaire sur du papier de soie semi-transparent génère une complexité trompeuse entre collage, photographie, peinture et dessin. En 2003, elle a réalisé ses premières « Traveling Chairs » pour son film « Gallerande ».  Tout comme ses « Rolling Stools », ces chaises et tabourets vintage – parfois design – sont dépouillés de leur fonction d’origine et construits pour être utilisés sur des plateaux de tournage ou pour déambuler à travers des espaces d’exposition. Au-delà de leur fonctionnalité, les « Rolling Stools » peuvent également être considérés comme des animaux dystopiques ou des créatures utopiques.

Expositions