Loading Events

« Back

Takis

Les signaux et la quatrième dimension – The Signals and The Fourth Dimension

septembre 16, 2016 - novembre 13, 2016, Genève

  • This event has passed.

Exposition du 16 septembre au 13 novembre 2016

Vernissage le jeudi 15 septembre 2016 à 18h

Rue des Sablons 6, 1025 Genève

 

La Galerie Xippas est heureuse de présenter à Genève une exposition de l’artiste grec, Takis. À cette occasion, seront dévoilés un ensemble inédit de Signaux et une série de Murs magnétiques. À tout juste 90 ans, Takis est considéré aujourd’hui comme l’un des rares rénovateurs de la sculpture après Brancusi et Giacometti, un immense artiste grec et l’un des derniers grands de sa génération.

Takis a choisi d’explorer dans son œuvre l’énergie des champs magnétiques. La découverte de ce phénomène, aux prémices de sa carrière, se révèle une expérience décisive pour le jeune artiste de l’époque. Il en fait l’un des grands fondements de son œuvre, exploitant dès lors toutes les possibilités de cette force d’attraction puissante et invisible, multipliant les brevets et les expériences scientifiques. Plasticien contemporain d’avant-garde, son œuvre est également ancrée dans une tradition sculpturale. Qu’il s’agisse de la sculpture archaïque grecque, au poids de l’œuvre de Calder dans son travail, Takis, en puisant dans l’histoire de l’art, a su générer un vocabulaire de formes comme autant de révélateurs de ce qui est au centre de son œuvre : représenter les forces invisibles.

Fuyant la Grèce pour des raisons politiques, sculpteur autodidacte, Takis s’installe à Paris au milieu des années cinquante. Il vit alors pour la première fois une exposition de Calder. Il découvre ces structures flexibles imitant un arbre au bout duquel semblent flotter des feuilles. Peu après, il est frappé par la vision en gare de Calais d’une forêt d’éléments de signalisation, preuves monstrueuses d’un monde technologique en devenir. De ces deux rencontres naît la grande famille des Signaux, qui traverse toute son œuvre jusqu’à aujourd’hui.

De fines tiges métalliques se dressent dans l’espace comme des totems, dont la forme élancée rappelle également les figures d’Alberto Giacometti. À leur extrémité, des pièces en acier y sont soudées, pour certaines représentant des éléments d’obus, témoins de la Deuxième Guerre Mondiale et de la Guerre Civile qui ont bouleversés la Grèce. Ainsi, figées au départ, ces longues tiges à la pointe alourdie, prennent vie, s’inclinant au gré du vent, réagissant à leur environnement, tendues sous l’effet de la gravité.

Cette exposition présente également un ensemble de Murs magnétiques. Dans les années soixante, passionné par les champs magnétiques, Takis cherche à l’intégrer dans son travail. Il crée alors des compositions qu’il nomme Tableau vibratif, Télésculpture et Murs magnétiques. Ainsi, les Murs magnétiques, présentent des formes métalliques qui, soumises à des aimants fixés au revers de la toile, s’agitent fébrilement et mystérieusement à la surface de la peinture. Les éléments métalliques sont reliés à la toile par la seule force de l’aimant et peuvent donc être déplacés par le spectateur à sa guise. La toile change de statut et devient alors une installation participative évolutive questionnant la place du spectateur et le caractère aléatoire de la forme.

Panagiotti Vassilakis Takis est né en 1925 à Athènes. Il apprend auprès des artisans grecs le travail de la pierre. Dès 1946, il commence ses recherches sculpturales, avec des œuvres qui rappellent l’art antique et les personnages filiformes de Giacometti, puis évolue vers des formes toujours plus épurées. En 1954, il s’installe définitivement à Paris où il intègre l’atelier de Brancusi pour quelques mois. Dès lors il crée les Signaux et commence à exposer à Paris. Il est l’un des rares rénovateurs de la sculpture après Brancusi et Giacometti. Cependant, son œuvre est inclassable. Jamais assimilée à une école, elle repose sur l’exploration des énergies et la représentation des forces invisibles.

Il reçoit en 1988 le Grand Prix National de Sculpture à Paris. La même année, le bassin, installation présentant dix-sept de ses Signaux Lumineux les pieds dans l’eau, est inauguré au coeur du quartier de la Défense à Paris. Il sera ensuite exposé à la Galerie Nationale du Jeu de Paume à Paris en 1993. En 2011, quatre Signaux Eoliens sont installés dans les jardins du Palais Royal à Paris. Plus récemment, en 2015, le Palais de Tokyo à Paris lui consacre une grande rétrospective intitulée Champs magnétiques. La même année son travail est également présenté à la Menil Collection à Houston au Texas. Ses œuvres font parties de nombreuses collections privées et publiques dans le monde entier. Trois de ses Signaux sont exposés dans la collection permanente du Musée Georges Pompidou à Paris.

Page liée artiste: - Takis

vendredi 16/09 - dimanche 13/11, 2016

Rue des Sablons 6 & Rue des Bains 61, 1205, Geneva, Switzerland
tel. +41 22 321 94 14 fax +41 22 320 39 04