Stéphane Dafflon

  • Stéphane Dafflon
    AST 249
    2015
    Acrylique sur toile
    200 x 200 cm
    ©Annik Wetter

  • Stéphane Dafflon
    AST209
    2012
    Acrylique sur toile
    225 x 215 cm
    ©Annik Wetter

  • Stéphane Dafflon
    AST258-259 (diptyque)
    2016
    Acrylique sur toile
    50,4 x 40,4 cm (chaque)
    ©Annik Wetter

  • Stéphane Dafflon
    AST255-256-257 (triptyque)
    2016
    Acrylique sur toile
    50,4 x 40,4 cm (chaque)
    ©Annik Wetter

  • Stéphane Dafflon
    AST254
    2016
    Acrylique sur toile
    173,5 x 200,3 cm
    ©Annik Wetter

  • Stéphane Dafflon
    AST253
    2016
    Acrylique sur toile
    142,4 x 123,4 cm
    ©Annik Wetter

  • Stéphane Dafflon
    AST252
    2016
    Acrylique sur toile
    150 x 173,4 cm
    ©Annik Wetter

  • Stéphane Dafflon
    AST251
    2016
    Acrylique sur toile
    167,1 x 193,5 cm
    ©Annik Wetter

  • Stéphane Dafflon
    AST250
    2016
    Acrylique sur toile
    173,5 x 200,3 cm
    ©Annik Wetter

Les peintures de Stéphane Dafflon sont d’apparence simples, étrangement lisses cependant parfaitement maîtrisées. Faites de formes géométriques et abstraites aux contours nets et aux couleurs primaires, les œuvres de l’artiste suisse interpellent d’abord par leur sobriété efficace. Puis lorsque l’on s’en approche, la netteté des formes se brouille, certains angles s’arrondissent, certaines pointes s’effilent. Stéphane Dafflon déforme le trait, décale les alignements et confère alors à ses toiles une puissance vibratoire, à la manière d’une onde ou d’un son qui entrerait en résonnance avec le lieu dans lequel il se trouve. D’abord créées à l’écran puis retranscrites de l’ordinateur à la toile ou au mur, les œuvres de Stéphane Dafflon prennent tout leur sens une fois inscrites dans leur environnement. Qu’il s’agisse de peintures sur toile ou murales, ou d’objets, l’architecture dans laquelle s’inscrivent ses œuvres est toujours prise en compte, de telle sorte que non seulement elles s’ouvrent à leur environnement, mais qu’en plus elles agissent sur lui, modifiant la perception que le spectateur en a, tant visuellement que physiquement. Sa peinture semble alors sortir du châssis pour s’emparer de l’espace et le mettre en mouvement. Ainsi, l’œuvre de Stéphane Dafflon se ressent, s’écoute presque, se vit. Autant de sensations corporelles que l’artiste souhaite provoquer chez le spectateur, à la manière de la musique et de ses vibrations, dont il s’inspire. L’artiste suisse superpose d’ailleurs des influences très diverses. De l’art concret et du minimalisme dans les formes et les couleurs en passant par le graphisme dans le processus de création assisté par ordinateur, ses peintures pourraient tout aussi bien être qualifiées de design peints que de monochromes. Sa démarche artistique s’inscrit ainsi dans la filiation des mouvements historiques de la modernité dont il rejoue le formalisme sur un mode délibérément décomplexé.

Expositions